Au-delà de la Loire largement vantée par les dépliants touristiques, des châteaux médiévaux, une immensité de jardin fleuris et des grandes tables gastronomiques. Il existe une région attachante, inspirée par les poètes et peintres de la renaissance française. Cette mince et longue « ligne de vie » du territoire français est synonyme de richesse culturelle, mais aussi de traditions extrêmement vivaces. Pour effectuer une visite dans un château de la Loire, il faut emprunter les petites routes situées entre Loiret et Maine-et-Loire. Prenez vos bagages pour une découverte historique dans les douces collines du département de la Loire.

Un patrimoine historique préservé

Vous êtes forcément passés par le département de la Loire. Cette région de France, cernée par 7 départements. En effet, le comté de Tours abrite une concentration de châteaux royaux, des demeures nobles et des espaces verts. Elle fait partie des grands axes nord-sud de la France. À trois heures de route de Paris, elle multiplie les chemins creux, à la fois « sombre et illuminée d’étangs », comme l’a décrit Balzac, qui y situa une partie de son œuvre. Les châteaux de la Loire sont composés de la célèbre demeure de Chinon, Amboise, Langeais, le château d’Azay le rideau ou le chateau d’Ussé qui ne sont pas si loin que ça, avec leurs jardins artistiques. La vallée de la Loire est la région des demeures royales du XVIe siècle. Vous découvrirez la résidence des rois de France, leurs modes de vie, les grandes œuvres architecturales de la renaissance, la peinture et les vignobles. C’est tout et c’est déjà beaucoup pour reculer en arrière et remonter dans l’histoire. Bien sûr, il y a des villes. Vous les oublierez un peu même si le département possède des musées. Tout était construit durant la renaissance, qui vous suggère parfois de parcourir un grand bief en longeant l’Indre, et de s’imprégner de près des traditions encore intactes.

Chenonceau, à la grâce des femmes

Construit sur l’eau, à la place d’un moulin ancré dans le lit du Cher, Chenonceau est d’abord un vaste pavillon carré, aux proportions très humaines, de style renaissance. À l’arrière, une aile le prolonge, édifiée sur un pont enjambant la rivière. Seul un donjon, aujourd’hui librairie du château, rappelle qu’au Moyen Âge s’élevait à cet endroit un manoir fortifié. C’est au bon goût d’une femme raffinée que l’on doit le château de Chenonceau. Thomas Bohier, receveur des finances, acquiert le domaine en 1512. Mais trop occupé par ses affaires auprès du roi François 1er (qui rachètera la propriété en 1533), il laisse sa femme superviser les travaux. La conception du pavillon est très moderne pour l’époque : au rez-de-chaussée, ainsi qu’à chaque étage, un vestibule donne accès aux autres pièces. Mais commençons la visite dans l’ordre. La salle des gardes n’est accueillante que certains jours. L’intérieur sympathique nous invite à flâner, à contempler le carrelage usé par combien de pas historiques. Chacune des pièces richement garnies de meubles de différentes époques, porte un nom illustre. Enfin, attardons-nous un instant dans la chambre de Diane de Poitiers au cœur d’une histoire d’amour qui fit couler beaucoup d’encre.

Décor et décoration à Amboise

Pour partager quelques moments de la vie d’un château privé, habité par la famille d’Amboise depuis plus de quatre siècles, voilà l’expérience qui vous attend dans le département d’Indre-et-Loire. Dans la vallée de la Loire, à 13 km de Chenonceau, au cœur d’un domaine de 200 hectares, composé de deux immenses jardins. Le château d’Amboise est ouvert au public depuis 1974. L’édifice abrite un véritable trésor, qui attire de très nombreux amateurs d’œuvre d’art : une exceptionnelle collection de tapisseries du XVIIe siècle, mais il vous livrera bien d’autres. Des moments précieux, volés au fil du temps qui semble suspendu et passe la grille d’honneur. La visite des pièces d’apparat, de la cuisine, mais aussi de la lingerie vous entraîne au cœur de l’histoire de la France. Des rois ont séjourné ici, vivent de nombreuses années, parfois organisent des banquets dont la tradition se perpétue aujourd’hui. Et si une pointe de nostalgie plane inévitablement sur les lieux, les châtelains qui habitent dans ces murs se veulent aussi très ouverts à la création contemporaine. En décoration, la chapelle de Saint-Hubert est ornée de sculptures en granite. Ainsi, chaque été, le château accueille des expositions et mises en scène d’objets, que l’on peut aussi acheter. Par contre, la principale curiosité des lieux est le tombeau de Léonard de Vinci.

Le château-fort de Loches

La cité royale de Loches est une jolie ville fortifiée, dominé par un donjon, qui fût longtemps une prison jusqu’en 1926. La demeure surplombe le Val de Loire sur la commune de Loches, en Indre-et-Loire. Louis XVI avait fait de ces lieux une prison royale. Mais dehors, au détour des rues de la vieille ville, c’est plutôt le Moyen Âge qui est au rendez-vous, avec ses venelles étroites et ses façades gothiques, témoins de la prospérité des habitants de l’époque. Chef-d’œuvre architectural médiéval, les donjons sont les principales attractions de la ville. Ses hauts murs fortifiés défient le temps et peuvent être aperçus à l’horizon. Du haut des tours, on peut apercevoir les remparts, et le fleuve Val de Loire, qui traverse la ville et plusieurs départements français. Ses méandres arrosent des vignes bien peignées, coiffées de châteaux cossus ou romantiques. Connu dès l’antiquité romaine, les visiteurs sont séduits du savoir-faire des viticulteurs de la région. Tous les châteaux de la Loire sont ouverts tous les jours jusqu’à 19 heures, des tarifs réduits pour les enfants. La plupart des domaines sont privés et administré par une association ou une poignée de gens. Il est interdit de prendre des photos à l’intérieur, et il faut prévoir au minimum 2 heures pour la visite, que l’on effectue en toute liberté.